Un an plus tard, le fondateur de Revel, Frank Reig, a encouragé l’adoption des véhicules électriques dans les grandes villes – TechCrunch


Presque exactement un an Il y a quelques jours, nous avons interviewé le fondateur et PDG de Revel, Frank Reig, alors qu’il était sur le point de se développer dans plusieurs secteurs d’activité au-delà de sa portée initiale de fourniture de cyclomoteurs électriques partagés. Aujourd’hui, nous examinons à nouveau le chemin parcouru par la startup et la distance qu’elle doit parcourir pour atteindre son objectif déclaré d’aider les villes urbaines à passer au transport électrique.

Revel a démarré son activité de cyclomoteurs à New York en 2018, et elle s’est depuis étendue à Miami, San Francisco et Washington, DC. Mais si vous venez d’entendre parler de la startup pour la première fois aujourd’hui, vous ne la considérerez peut-être même pas comme un partage de cyclomoteurs. la société. Au cours de l’année écoulée, Revel s’est fortement orienté vers la construction de hubs de recharge rapide pour les véhicules électriques, en lançant son premier « Superhub » à New York en juin dernier.

En cours de route, la société a également lancé (et fermé discrètement) un service d’abonnement pour vélos électriques et lancé un service de transport tout électrique à New York.

Reig m’a récemment dit que l’entreprise visait à construire 200 bornes de recharge rapide à New York d’ici la fin de cette année, « et nous visons des centaines d’autres en 2023 en plus de cela. » L’activité de covoiturage de Revel, qui compte actuellement 50 Teslas circulant dans Manhattan, se développera également parallèlement à l’infrastructure de recharge des véhicules électriques, a-t-il déclaré.

« La façon dont nous pensons aux gares est à l’échelle. Revel n’est pas intéressé par le seul chargeur d’un Walgreens. Cela ne fait rien pour la ville et n’accélère aucune transition. La seule façon de stimuler l’adoption des véhicules électriques dans les villes est avec un véritable réseau d’infrastructures, qui n’existe pas à l’heure actuelle. Jusqu’à ce qu’une entreprise comme Revel construise tout, cette transition EV n’est que beaucoup de marketing et de discussions.

Nous nous sommes assis avec Reig pour parler des activités de Revel, du récent financement de la société par Blackrock, de la nécessité d’intégrer la stabilité du réseau dans son modèle commercial et de la manière dont la société envisage la rentabilité.

Cette interview, qui fait partie d’une série en cours avec des fondateurs qui créent des entreprises de transport, a été modifiée pour plus de longueur et de clarté.

TC : Un an s’est écoulé depuis notre entretien, et Revel se sent désormais comme une entreprise différente ! À l’époque, le partage de cyclomoteurs était votre activité principale, mais maintenant, l’accent est mis sur l’infrastructure de recharge des véhicules électriques. Avez-vous toujours l’intention d’étendre votre activité de cyclomoteurs ?

Franck Reig : Nous avons 6 000 cyclomoteurs sur quatre marchés, c’est donc une entreprise importante qui génère des revenus considérables. À ce stade, nous attendons en quelque sorte que COVID soit officiellement terminé jusqu’à ce que nous commencions vraiment à penser à étendre notre empreinte de micromobilité.

Cela dit, certains des cyclomoteurs de notre flotte ont trois ou quatre ans. Nous commençons donc à réfléchir à la prochaine technologie de cyclomoteur que nous voulons utiliser. Comment voulons-nous penser à réinvestir dans nos marchés, dans nos flottes ?

TC : Vous avez récemment clôturé un cycle de série B de 126 millions de dollars dirigé par Blackrock, et une grande partie de cette somme est destinée à vos concentrateurs de recharge pour véhicules électriques. Je crois que vous avez dit que vous alliez en construire un autre à New York ?

Roi : Nous en construisons beaucoup d’autres à New York.

Tout le monde parle de la transition EV. Tout le monde ne cesse de parler de la façon dont les équipementiers automobiles disent qu’ils ne produiront plus jamais un autre véhicule à essence. Ils tombent sur eux-mêmes pour se surpasser. Personne ne parle de l’endroit où tous ces véhicules vont se recharger. Cette histoire n’a pas changé depuis l’année dernière. Si quoi que ce soit, c’est devenu pire. L’infrastructure fait tellement défaut, surtout dans certaines de ces grandes villes comme New York.

L’État de New York a adopté une loi stipulant que tous les véhicules vendus après 2035 devront être électriques, et 20 % des nouveaux véhicules vendus devront être électriques d’ici 2025. Nous avons littéralement des millions de véhicules qui doivent passer à l’électrique, et il y a vraiment pas de charge en vue, c’est là que notre stratégie entre en jeu.



#tard #fondateur #Revel #Frank #Reig #encouragé #ladoption #des #véhicules #électriques #dans #les #grandes #villes #TechCrunch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.